Tableau de bord de l’attractivité de la France 2019 [lt]

Publié le 15 octobre 2019, le tableau de bord rassemble un éventail de données économiques relatives aux indicateurs de l’attractivité de la France, en se basant sur un comparatif de 13 pays. Cette 10ème édition montre que notre économie est soutenue par des atouts structurels, une dynamique de création d’entreprises ainsi qu’une évolution vers une économie décarbonée.

JPEG

Des atouts structurels qui contribuent à soutenir l’activité économique.

  • La France bénéficie d’excellentes connexions aux réseaux mondialisés : des infrastructures aéroportuaires de qualité (Roissy Charles de Gaulle, 2ème aéroport pour le fret derrière Francfort et le transport des passagers derrière Londres Heathrow) ; le transport ferroviaire de marchandises y est également développé (3ème place des pays européens de l’échantillon, derrière l’Allemagne et la Pologne). Le pacte ferroviaire conclu en juin 2018 a en effet prévu une opération de remise à niveau du réseau pour une période de dix ans.
  • Les entreprises implantées en France bénéficient d’infrastructures de télécommunications de qualité avec notamment un taux de pénétration haut débit fixe le plus élevé des pays de l’échantillon avec un taux de pénétration de l’internet haut débit sans fil élevé (2ème).
  • Numérisation des services publics. Dotés d’une « e-administration » moderne et efficace, la France accompagne plus facilement les acteurs privés et les particuliers dans leurs démarches. Selon l’E-Government Survey 2018 des Nations-Unies, la France se classe à la 9ème place mondiale de l’e-administration (5ème place européenne) et à la 4ème place de notre échantillon. La France est particulièrement efficace dans les services en ligne où elle occupe la 2ème place mondiale.

Une dynamique évolutive dans la création d’entreprises, avec un focus dans l’industrie.

  • Le taux de création d’entreprises pour l’ensemble de l’économie atteint 10 % en France en 2017, 3ème économie après le Royaume-Uni et la Pologne. Dans l’industrie manufacturière, ce taux atteint 7,3% (supérieur à 7% depuis 2009).
  • Dans l’industrie manufacturière, la France a la plus faible progression des coûts salariaux unitaires (CSU) de tout l’échantillon en 2018 (0,1%). En comparaison, les CSU dans l’industrie manufacturière ont progressé de 3% au Royaume-Uni et de 2,3% dans l’UE 28.
  • La compétitivité-coût de la France dans les activités de R&D s’est renforcée depuis 2008. La France offre le traitement fiscal de la R&D le plus avantageux pour les entreprises (1ère du classement). En France, le dispositif du Crédit Impôt Recherche (CIR) a pour effet d’abaisser le prix du chercheur pour les entreprises. Le CIR et les subventions associées diminueraient de 28% le coût d’un chercheur en France. Les dépenses R&D ont progressé de 1,8% en France en 2018, la plus forte augmentation de ces dernières années.

Une volonté d’aller vers une économie décarbonée.

  • En France, les prix de l’électricité sont particulièrement attractifs pour les entreprises. Ils comptent parmi les plus compétitifs d’Europe, en raison d’une bonne maîtrise de la production et du réseau. La variabilité du prix de l’électricité en France est également très faible.
  • La croissance verte est également porteuse d’opportunités économiques et pourvoyeuse d’emplois, notamment dans les énergies vertes. Les pays les plus avancés dans ces secteurs d’avenir attirent les investisseurs internationaux soucieux de se positionner dans ces domaines. D’après EurObserv’ER, la France est le 3ème employeur européen dans les énergies renouvelables en 2017, avec 140 700 emplois (0,5 % de sa population active).

Cliquez ici pour télécharger le tableau de bord de l’attractivité 2019 en français (pdf)
Cliquez ici pour télécharger le tableau de bord de l’attractivité 2019 en anglais (pdf)

Dernière modification : 31/10/2019

Haut de page