Exposition à Paris « À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923 » (5 octobre 2018 au 20 janvier 2019) [lt]

JPEG

A Paris, le musée de l’armée organise l’exposition "À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923" du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019. Une version itinérante de l’exposition « A l’Est, la guerre sans fin » doit être proposée à partir de 2019 dans plusieurs villes de Lituanie.

Alors que les conflits cessent en Europe de l’Ouest le 11 novembre 1918, la guerre se poursuit à l’Est et au Proche-Orient jusqu’en 1923. L’exposition retrace la chute des quatre grands Empires russe, ottoman, austro-hongrois et allemand et aborde cette période méconnue de l’histoire, faite de révolutions, de guerres civiles, d’importantes modifications des frontières et de création de nouveaux États.

À la suite des révolutions russes de février et d’octobre 1917 et de la signature du traité de Brest-Litovsk entre la Russie et les Empires centraux, le 3 mars 1918, les combats semblent décroître à l’Est, malgré la guerre civile russe. À l’Ouest, au contraire, la signature de ce traité permet à l’Allemagne le redéploiement de cinquante divisions sur le front de l’Ouest. À partir du 21 mars, les combats s’intensifient et au printemps, l’Allemagne lance une série d’offensives, qui tournent court. En août 1918, les Alliés lancent la contre-attaque et forcent l’Empire allemand à négocier un armistice conclu le 11 novembre 1918.

Alors qu’à l’Ouest, les combats cessent entre les belligérants, une nébuleuse de troubles internes, parfois de guerres civiles et d’affrontements internationaux, mettent aux prises les différents pays issus de l’effondrement des Empires allemand, austro-hongrois, ottoman et russe à l’Est, après leur défaite militaire. Il en résulte une violence et une instabilité, dont les répercussions sont encore visibles aujourd’hui. Dans ces conditions, le règlement du premier conflit mondial s’avère aussi complexe que fragile. Les divers traités établis sont âprement négociés et très vite contestés. Ainsi, le traité de Sèvres du 10 août 1920, entre la Turquie et les Alliés, est très profondément remanié et remplacé, moins de trois ans après, par le traité de Lausanne, signé le 24 juillet 1923.

www.musee-armee.fr

Dernière modification : 14/11/2018

Haut de page