Baltic 2011 – les Mirage-2000C [lt]

Le détachement ne serait pas au complet sans les Mirage-2000C, leurs yeux (les pilotes mais aussi le météorologiste et le contrôleur aérien) et leur protection rapprochée (les fusiliers-commandos et les pompiers). Ensemble et grâce à toutes les unités déployées, ils accomplissent avec succès leur mission.

La brigade aérienne des forces de sécurité et d’intervention (BAFSI)

La BAFSI regroupe les unités en charge d’assurer la sécurité des quatre Mirage-2000C du détachement, mais aussi, dans une moindre mesure dans cette opération, la sécurité des installations et du personnel.

La surveillance des avions : les fusiliers commandos et les maîtres-chiens

Les fusiliers-commandos qui font partie du détachement sont assistés de deux chiens, des malinois aux spécialités distinctes (l’un est expert dans la recherche de personnes, l’autre dans la détection d’explosifs).
Les « fuscos » sont autonomes sur la QRA et disposent de leur propre armement. Dans le cadre de Baltic 2011, leur mission consiste à protéger les avions français dans le cas où ces derniers devraient faire un atterrissage d’urgence sur un terrain autre.
JPEG

La protection incendie : l’Escadron de Sécurité Incendie et Sauvetage

Les onze militaires de l’armée de l’air, spécialistes en sécurité incendie assurent la protection des Mirage-2000, mais aussi des moyens de la plate forme aéronautique qui servent à leur fonctionnement contre d’éventuels incendies. Ces pompiers sont également qualifiés pour effectuer les mesures de sauvetage des équipages. En permanence, sur la QRA, plusieurs d’entre eux, équipés de matériels et de véhicules déployés depuis la France, sont présents.
JPEG

Piloter les Mirage-2000C et les guider : le météo, le contrôleur aérien et le personnel navigant

Les Mirage-2000C, prêts au décollage, exigent, comme n’importe quel avion, une connaissance précise des conditions météorologiques, un service de contrôle aérien pour les autorisations et les aides au décollage et à l’atterrissage, ainsi qu’un suivi tout au long de la navigation. Grâce à ces informations et ces indications, les pilotes peuvent effectuer efficacement leur mission, dans les meilleures conditions de sécurité.

Le météo et le contrôleur aérien

Le sergent chef Heitz, de la base aérienne de Solenzara en Corse, est le météorologiste prévisionniste. A l’aide d’un « ensemble météorologique mobile air », consistant en un récepteur avec onduleur et un double écran de présentation des informations, deux fois par jour, il analyse les données qu’il reçoit puis informe les pilotes des conditions climatiques qu’ils rencontreront.
JPEG

Deux contrôleurs aériens, anglophones confirmés travaillant en collaboration étroite avec leurs homologues lituaniens, assurent la sécurité de la circulation aérienne sur la base aérienne et dans ses zones d’approche. Ils se relaient pour que l’un d’entre eux soit toujours en mesure de se rendre dans la partie « vigie » de la tour de contrôle, située à l’extérieur de la QRA, pour gérer les décollages et les atterrissages.
JPEG

Le personnel navigant

Six pilotes de chasse, sous les ordres du Comdetair (Commandant du détachement air), divisés en binômes pour former des patrouilles, se succèdent jour et nuit. A la moindre alerte, ils doivent pouvoir décoller pour intercepter tout aéronef non identifié qui pénétrerait l’espace aérien balte. Quotidiennement, ils patrouillent et s’entrainent. Avant chaque décollage, chaque binôme prépare son plan de vol et à chaque retour, ils « débriefent » la mission qu’ils viennent d’effectuer.
JPEG

Le Lieutenant-colonel Darroux, commandant de l’escadron de chasse 1/12 « Cambresis » de Cambrai a remplacé pour la deuxième partie du mandat total de quatre mois le Lcl Cunat, commandant de l’escadron de chasse 2/5 « Ile de France » d’Orange, au poste de Comdetair.
JPEG PNG

Les Mirage-2000C

Les quatre Mirage-2000C RDI qui remplissent la mission de police du ciel Baltic 2011 proviennent de l’escadron 2/5 « Ile de France » de la base aérienne d’Orange et du 1/12 « Cambrésis » de la base aérienne de Cambrai-Épinoy. Ces deux unités sont spécialisées dans les missions de défense aérienne, notamment les interceptions à toute altitude d’aéronefs.

JPEG

Les Mirage-2000C, après quatre mois de surveillance du ciel balte, sont rentrés en France le 2 septembre, suivis de l’ensemble de la centaine d’hommes du détachement. Ils reviendront à Šiauliai assurer un nouveau mandat OTAN de police du ciel en 2013.

Dernière modification : 21/07/2014

Haut de page