Baltic 2011 – le soutien technique [lt]

Le soutien technique se déploie en trois phases. La première partie, arrivée début avril, avait pour objectif d’aménager la base aérienne selon les exigences particulières de l’armée française. La deuxième phase, l’« échelon précurseur », qui débute avec l’arrivée du deuxième convoi de personnel et de matériel technique, vise à préparer la mise en fonction des différentes unités du détachement. Parmi elles, le soutien technique.

Le DETIA et la CSR : approvisionner et ravitailler

Regroupés dans un même bureau, le DETIA (détachement des transits interarmées aériens) et la CSR (cellule de soutien du ravitaillement) assurent l’ensemble du cycle d’approvisionnement et de ravitaillement du détachement.

La CSR couvre une importante série de tâches relatives à la gestion du matériel technique (envois et réception, stocks) de tout le détachement, en liaison avec le CGMTAA (Centre de gestion des matériels techniques de l’armée de l’air) de la base aérienne de Châteaudun 00.614 et le CPSS (Centre de Permanence et de Synthèse du Soutien) de la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac. La CSR est chargée de renvoyer les matériels à remplacer en France.

Les deux personnels de la CSR, issus de l’ESRT 2C.115 d’Orange, disposent d’un bureau et d’un espace de stockage du matériel.

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

Dans ce même bureau, le DETIA, aussi appelé EAM (escale aérienne militaire), organise l’acheminement et le déchargement des avions de transports venus ravitailler le détachement et gère l’aspect administratif de l’approvisionnement de certains produits dangereux notamment.

Originaire de la base aérienne 123 d’Orléans, ce détachement ne compte, dans le cadre de l’opération Baltic 2011, qu’une personne.

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG
Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

LES ST M2000 : le fonctionnement des Mirage-2000

Avec ses 32 personnels originaires de l’ESTA 2E.012 de Cambrai et de l’ESTA 2E.005 d’Orange, les Services Techniques Mirage-2000 représentent l’unité la plus importante du détachement. Leur rôle est d’assurer l’entretien technique, la mise en œuvre et la maintenance des quatre mirages 2000C.

Les ST M2000 ont participé aux trois phases de déploiement : deux spécialistes « oxygène » sont arrivés avec la CIO pour vérifier sur place la qualité de l’oxygène et préparer l’approvisionnement. Neuf militaires ont ensuite préparé les installations des ST en vue de leur débarquement final, le 26 avril.

Le lieutenant Salvat, chef des services techniques, secondé par le BT, bureau technique responsable de la documentation de maintenance des avions et du suivi des travaux effectués sur les aéronefs, dirige quatre services :
- le service « servitudes » composé d’un chef d’atelier et d’un mécanicien s’occupe des dépannages de premier niveau des matériels de servitude (groupes de démarrage avion, tracteurs d’aérodrome…)

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG
Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

- le service avionique et ses neufs mécaniciens est en charge de la mise en œuvre et de la maintenance des équipements électroniques de bord et des matériels d’environnement liés,

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG
Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

- le service armements avec ses six « pétafs » (pyro-électrotechniciens des artifices et des fusées) pose et dépose missiles et obus,

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG
Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

- le service vecteur, composés de onze « pistards » (mécaniciens de pistes) et de « dépanneurs », d’un motoriste et d’un spécialiste structure, est dédié à toutes les autres tâches que requièrent les aéronefs : accueil et départ avion, remise en œuvre après vol, entretien et réparation quotidiennes.

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

En plus du régime de travail de remise en œuvre et d’opérations de maintenance quotidiennes, une PO, permanence opérationnelle, est armée 24h/24h, pour permettre aux avions de décoller en cas d’alerte. Dans ce cadre, trois équipes de six mécaniciens (trois vecteurs dont au moins un pistard et un dépanneur, deux avioniques et un pétaf) se relaient.

Photo : adjudant (ADJ) Olivier Ravenel du SIRPA-AIR - Nuotraukos : puskarininkis Olivier Ravenel iš SIRPA-AIR - JPEG

Les ST M2000 ont été entièrement relevés à « mi-détam », après deux mois en opération, fin juin.

Le SEA et la SMU : le carburant et les munitions

Le Service des Essences des armées regroupe quatre spécialistes de la BPIA (base pétrolière interarmées) de Chalons sur Saône qui assure la mission de soutien pétrolier en OPEX. Dans le cas de l’opération Baltic 2011, le SEA, sous les ordres de l’adjudant Kessler, produit le carburant des Mirage-2000 obtenu en mélangeant du kérozène à certains additifs puis le stocke dans des « flexible fuel tank » similaires à des piscines. Le carburant est ensuite chargé dans des camions citernes.

JPEG
JPEG

Prés du SEA et toujours sous la responsabilité du Comlog, la cellule logistique munitions ou soute à munitions (SMU) gère le dépôt de munitions. Deux sous-officiers « pétafs » de l’ESRT 2C.115 et de l’ESRT 2C.103 de Cambrai, placés au sein du service armement des ST 2000 sans en faire partie, entreposent, montent, démontent et organisent la maintenance de toutes les armes et les munitions du détachement, que ce soient les missiles des M2000 ou les Famas des fuscos, en respect total avec les consignes de sécurité. Toujours d’astreinte, ils doivent être en mesure de répondre à toute demande de munitions.

Dernière modification : 21/07/2014

Haut de page